Bande podotactile ou BEV : la pose en 7 points

Bande podotactile ou BEV : la pose en 7 points

Comment poser des bandes d’éveil de vigilance (BEV) dans les règles de l’art.

temps de lecture 6 min.

Atteignez directement le chapitre qui vous intéresse le plus :

1 le choix des outils et du matériel
2 la préparation des supports
3 la sécurité du chantier : un balisage essentiel
4 Définir l’emplacement
5 la pose
6 le nettoyage : au fur et à mesure, c’est plus efficace.
7 les photos du chantier
8 la communication aux usagers

 

1 le choix des outils et du matériel

« Un bon ouvrier à de bons outils » dit le proverbe. La qualité de la pose dépend en grande partie de la qualité des outils que vous allez utiliser : Pour une pose collée ou pour une pose percée, ce ne sont bien sûr pas les mêmes outils. Chaque type de pose nécessite des outils adaptés que nous allons détailler plus bas.

 

2 la préparation des supports

Que la pose de votre bande podotactile soit prévue collée, adhésivée ou vissée, le support doit être sain, sec, ne pas comporter de déchets de type chewing-gum, ou de revêtements de sols anciens comme de la peinture écaillée ou une ancienne chape qui s’effrite. Surtout pour la colle et l’adhésif. Le nettoyage devra donc être soigneux, et si besoin une reprise devra être effectuée.

Pensez-y : La visite préliminaire permettra d’attribuer la responsabilité de la reprise du sol au bon corps de métier

 

3 la sécurité du chantier : un balisage essentiel

La sécurité sur le chantier est essentielle. Autant pour le poseur que pour les usagers et autres personnes présentes sur l’ERP (Établissement recevant du public). D’autant qu’une dalle podotactile se situant à proximité immédiate d’une marche ou d’une volée d’escalier, elle augmente le risque de chute.

La distance minimum est de 2 mètres autour de votre chantier.

Si la pose a lieu en site occupé, le balisage du chantier est d’autant plus important.

Puisque la pose a lieu sur un cheminement, pensez à rajouter un fléchage permettant aux usagers de s’orienter vers une solution alternative. Cela évitera des interactions désagréables que connaissent tous les artisans… ou des surprises lorsqu’une personne vous enjambe soudain parce qu’elle est passée outre les barrières.

Si votre pose a lieu au fond d’un couloir ou sur un chemin qui n’offre pas d’alternative immédiate, pensez à baliser votre chantier avant la bifurcation pour éviter aux personnes de devoir faire demi-tour.

Si votre pose a lieu en bordure du trottoir pour un passage piéton ou sur des quais de transport, bien évidemment c’est la réglementation voirie qui s’applique.

Condamner le chantier une fois la pose effectuée le temps que la colle prenne par exemple nécessite que le balisage soit clair et efficace. Tous les responsables de l’ERP doivent être au courant du temps nécessaire, et il est préférable de l’indiquer sur le balisage.

Pensez-y : qui va retirer le balisage si la colle sèche pendant 12 heures et que vous êtes partis ? prévenez les bonnes personnes. Et faites valider si c’est le service de nettoyage ou un autre corps de métier qui va le déposer.

 

4 Définir l’emplacement

La norme NF P 98-351 demande une pose à 50 cm du nez de marche. En intérieur d’un ERP, il est possible de poser la bande d’éveil à un giron. Cette solution qui est toujours à valider avec votre client est à répéter sur tout le site. Elle permet de régler des problèmes liés à des paliers trop courts ou tournants.

Pensez-y : Tout changement de position lors de la pose d’un produit soumis à la réglementation demande à être validé en amont.

5 la pose

Plus vous aurez anticipé votre chantier, plus vous serez rapides et efficaces. Pour poser une dalle podotactile, vous avez le choix entre un produit à encoller, à adhésiver (même en extérieur) ou à fixer mécaniquement. Chaque type de pose demande une méthodologie particulière. Et le bon produit est celui qui offre le plus fort contraste avec le sol.

Si vous devez coller :

La pose collée est la plus courante en extérieure, sur tous les produits caoutchoucs ou méthacrylates. Assurez-vous d’avoir un scotch de qualité suffisante pour boucher les éventuelles aspérités du sol et éviter les coulures. Ce sera autant de temps perdu à nettoyer. Délimitez la zone à encoller avec votre scotch, et étalez la colle avec une spatule assez large et aux dents fines. Des dents trop grosses vous font consommer trop de colle, et créent une surépaisseur qui vous ralentira lors de l’application de la dalle.

Recouvrez la totalité de la surface en comblant les trous éventuels avec de la colle : il ne faut pas laisser la possibilité de faire des bulles.

Ensuite, appliquez les dalles à la suite les unes des autres en appuyant fortement et sur toute la surface afin de faire baver la colle. Vous devez vous assurer de ne laisser aucune bulle. Enlevez le scotch avant la prise finale de la colle et nettoyez les bavures autour des plaques et entre les plaques si besoin.

Pensez-y : Si vous découpez les dalles, attention à conserver l’alignement des plots dans le même sens.

Si vous devez adhésiver :

La pose adhésive est de loin la plus facile. Un gain de temps énorme et un usage immédiat des lieux en font la solution idéale. Il faut cependant s’assurer que les conditions sont réunies pour assurer la durabilité. Pour tout adhésif, la qualité et la propreté du sol est essentielle. Il faut à tout prix éviter d’adhésiver sur une surface pulvérulente ou friable, ou sur un enrobé ancien qui se désagrège. Il faut un sol le plus lisse possible. Ensuite, la mise en œuvre est des plus simples : il suffit d’appuyer fortement sur les dalles une fois mises en place pour leur assurer une tenue optimale.

Si vous devez percer :

La pose percée concerne les dalles podotactiles rigides, en métal principalement. C’est une pose rapide si le sol est facile à percer. Si vous n’êtes pas certains de la qualité de votre support, essayez d’effectuer un test au préalable, sur une partie qui sera recouverte par les bandes d’éveil.

Pensez-y : Nous proposons sur notre site du matériel spécifique pour percer tout type de carreaux.

Assurez-vous que le sol n’est pas un plancher chauffant afin de pouvoir dimensionner le cas échéant la taille des vis.

Pensez-y : Nous déconseillons fortement de percer en un pareil cas.

Le perçage des carreaux, dalles de pierre et autres revêtements risquant de fissurer, casser ou s’ébrécher sur les bords demande la plus grande attention. Ne négligez pas la difficulté de perçage : le grès classe 4 est extrêmement difficile à percer, et beaucoup de vieux carreaux éclatent rapidement.

Une fois que votre sol est parfaitement prêt, pointez les trous, percez et aspirez. Lors de la pose de vos bandes d’éveil de vigilance, utilisez des vis avec des têtes  qui ne risquent pas de se faire accrocher.

Pensez-y : appliquez de la colle sous la dalle podotactile, afin d’améliorer sa tenue et d’éviter qu’elle ne « claque » quand on marche dessus.

Le site est immédiatement utilisable, ce qui est un avantage.

 

6 le nettoyage : au fur et à mesure, c’est plus efficace.

La propreté n’est pas une option sur vos chantiers. Cela semble une évidence mais on trouve encore trop de chantiers laissés sales et avec déchets. La plupart des chantiers ont leur charte de propreté, assortie de pénalités en cas de non nettoyage en fin d’intervention.

La gestion des poussières lors du chantier permet de réduire considérablement le temps de nettoyage. Un nettoyage à l’aspirateur permet un résultat bien meilleur et plus rapide que le balai, même s’il oblige à posséder un appareil de qualité.

Pensez-y : un nettoyage tout au long du chantier améliore la sécurité, gagne du temps au final et permet d’aborder toutes les interventions ou les interruptions avec beaucoup plus de facilité.

 

7 les photos du chantier

Dans la plupart des cas, la photo en fin de chantier de votre bande d’éveil permet de valider l’intervention auprès du maître d’œuvre ou du client. En outre, elle vous protège contre une éventuelle dégradation ultérieure. Il est donc important de prendre le temps de réaliser des photos de qualité qui permettrons de communiquer efficacement. Rien de plus agaçant lorsque l’on doit valider un chantier sur photo que de recevoir une photo floue, sombre, ou qui ne montre qu’une partie du chantier, ou de très loin.

Les photos de fin de chantier se prennent en pleine lumière. Une photo de l’ensemble de l’ouvrage vu d’un côté et de l’autre, puis une série de photos rapprochée sur les détails importants. Dans le cas d’une Bande d’éveil de vigilance, une photo prise au ras du sol et montrant la régularité de la pose sera la bienvenue.

Pensez-y : Avant d’envoyer les photos, renommez-les avec le nom du chantier et compressez-les afin de ne pas dépasser un mail de plus de 3 à 4 Mo. Cette attention facilitera le tri de vos photos pour vos archives… et pourra enrichir votre site internet, votre plaquette, votre book.

 

8 la communication aux usagers

En site occupé, les chantiers sont toujours sujets à désagréments pour les usagers. Plus vous informerez les gens de la durée et de la nature de votre intervention, plus ils seront patients et compréhensifs. Rajoutez à votre balisage des panneaux explicatifs précisant la raison de la mise en place des Bandes d’éveil de vigilance : vous éviterez la majeure partie des questions et énervements des gens qui se sentent dérangés dans leur quotidien, et qui sont une perte de temps sur un chantier.

Pensez-y : un artisan qui communique est un artisan qui se fait connaître.

Article précédent Bande podotactile, comprendre la réglementation
Article suivant Bandes podotactiles : comprendre la norme NF P 98-351

Laisser un commentaire

Les commentaires doivent être modérés avant publication

* Champs obligatoires